Théâtre


THÉÂTRE LA MAISON DE GUIGNOL

Mais pourquoi ce Théâtre porte t il un nom de musée ? La raison vient de ces origines.
En 1962, à l'époque de la modernisation et de la reconstruction de la ville de Lyon, par Pradel, le grand Théâtre de Guignol du quai St Antoine, fut détruit. Il se situait à l'emplacement de l'actuel Théâtre des Ateliers. Un groupe de gônes passionnés de Guignol, emmené par M. Charnoux, créa le Théâtre la Maison de Guignol en 1965, en hommage au Grand Théâtre. C'est ainsi que l'on retrouve dans ce théâtre de taille plus modeste, une coursive en forme de balcon à l'italienne, ainsi que d'autres références à la splendeur des Quais St Antoine.

Le Nom, lui provient de l'emplacement du Théâtre, situé sur la place de la Trinité, en contrebas de la montée du Gourguillon. En effet dans les pièces du "répertoire classique" et en particulier dans la pièce "Le Déménagement", considérée comme la première oeuvre de Laurent Mourguet, ce dernier faisait vivre Guignol au 1 montée du Gourguillon. C'est donc tout naturellement que le Théâtre pris le nom "la Maison de Guignol" et qu'aujourd'hui, il trône encore dans le décor le plus récurrent du Théâtre de Guignol : La Place de la Trinité, avec au milieu le Café du Soleil.

Décor de la Place de la Trinité

De sa création à aujourd'hui
M. Charnoud fonda ce Théâtre afin de continuer à perpétuer l'art lyonnais de la marionnette, de nombreux marionnettistes passèrent par ce castellet qui accueillit de nombreux spectacle, puis en 2003 il transmis la direction aux Cardelli, afin de continuer à perpétuer spectacles et parlé lyonnais.
Depuis le Théâtre s'efforce de s'ouvrir à un maximum de public, afin d'y perpétuer la grande tradition lyonnaise : Spectacles d'actualités, mais aussi familial, jeune public. Profitant de la notoriété de Guignol, le Théâtre ouvre également ses portes à d'autres formes scéniques : marionnettes à fils, théâtre d'objets, café théâtre, concerts ... mais ne vous inquiétez pas Guignol reste et restera la star incontestable de toutes les générations !